Canal+ renonce à organiser le débat Royal-Bayrou

Publié le par LV

L'annonce est tombée jeudi soir : Canal+ n'organisera finalement pas le débat entre Ségolène Royal et François Bayrou. "Les contraintes du CSA [d'égalité du temps de parole] ne nous permettent pas d'organiser ce débat", a annoncé la direction de la chaîne cryptée, précisant que cette décision valait pour Canal+, i-Télé et France-Inter.

Le débat entre Ségolène Royal et François Bayrou aura bien lieu, "d'une manière ou d'une autre", a réagit Julien Dray, porte-parole de la candidate du Parti socialiste, sur l'antenne de France Inter. Toujours côté PS, Jack Lang a dénoncé des "pressions politiques". Il a affirmé que "l'Etat Sarkozy se croit déjà tout permis". Dénonçant "la pression de Nicolas Sarkozy", le numéro 1 du PS François Hollande a estimé que le débat pourrait "être organisé par la presse écrite". Aucune réaction de l'UDF n'avait été communiquée jeudi en début de soirée.

Quelques heures plus tôt, Jean-Louis Bianco, codirecteur de campagne de la candidate socialiste, avait annoncé que le débat aurait lieu samedi à 11 heures ou midi sur le plateau de Canal+ et d'i-Télévision, et serait retransmis sur France-Inter, en accord avec le candidat centriste. Une annonce qui mettait un terme aux tergiversations concernant le cadre dans lequel devait se dérouler le débat ainsi qu'au début de polémique intervenu jeudi matin entre Ségolène Royal et la presse régionale.

La candidate socialiste avait proposé, mercredi, à François Bayrou "un débat public" pour "éclairer" les électeurs : elle avait suggéré qu'il ait lieu dans la matinée de vendredi devant la presse quotidienne régionale (PQR), devant laquelle elle doit tenir un forum, puis qu'il puisse être filmé par des chaînes de télévision. Mais jeudi, le Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) s'est déclaré opposé à ce que cette réunion se transforme en débat avec François Bayrou. Et ce, alors que l'entourage de François Bayrou avait fait savoir un peu plus tôt qu'il acceptait de participer à ce débat avec la candidate socialiste, la "seule exigence" du président de l'UDF étant "que les téléspectateurs puissent y avoir accès".

LA PQR DÉMENT AVOIR SUBI DES PRESSIONS

"Il n'y aura pas de débat Bayrou-Royal. C'est Mme Royal qui est invitée", a annoncé jeudi matin un porte-parole du SPQR à l'AFP, expliquant que Nicolas Sarkozy et la candidate socialiste doivent se succéder vendredi, dans le cadre d'un "forum exclusif pour les journalistes et les rédacteurs en chef de la PQR". Ségolène Royal a alors réagi rapidement, estimant que "ce n'est pas le président de la PQR – qui, paraît-il, a été reçu ce matin par Nicolas Sarkozy – qui va empêcher le moindre débat". "On trouvera d'autres solutions. Ce n'est pas un problème. En France, la presse est libre, sauf lorsqu'elle subit quelques pressions, ce qui est tout à fait dommageable", a-t-elle confié en marge d'une visite dans le 11e arrondissement de Paris, à des locataires qui s'étaient mobilisés contre la vente à la découpe de leur immeuble.

A son tour, Jacques Camus, un des responsables du SPQR, a réagi sur LCI, démentant avoir subi des pressions. "Je le démens formellement. Il n'y a pas eu la moindre pression de la part de l'entourage de Nicolas Sarkozy. Nous n'avons pas eu de contact", a-t-il déclaré. "Les seules pressions qu'il y a eu sont celles que nous nous imposons nous-mêmes au nom de la déontologie, du respect des règles qui avaient été déterminées avec les deux candidats dans le cadre de ces forums de la presse régionale et absolument rien d'autre."

 

Commenter cet article

Gigi 27/04/2007 20:36

"L'arithmétique pointilleuse du CSA d'un côté, le poids des sympathies auprès du candidat Sarkozy de l'autre, font que le devoir d'informer subit une entrave insupportable dans une démocratie", souligne le Syndicat national des journalistes dans un communiqué.

Le débat ROYAL/BAYROU aura lieu samedi 28/04 sur BFM TV entre 11 h et 12 h 30.

Ir�ne 27/04/2007 00:52

Ils démentent trop pour que ce soit vrai !
Je ne les crois pas