L'Elysée cerné par les cons...

Publié le

Si votre patron vous inonde de critiques et d'insultes, pourriez-vous rejoindre chaque matin votre boulot de gaieté de coeur et vous mettre à l'ouvrage en donnant le maximum de votre personne.

Telle est en tous cas la situation "professionnelle" des membres du Sarko's Casting .

Or le fautif ce n'est pas celui qui a été sélectionné mais bel et bien celui qui a choisi.

Un bon pro sait par expérience choisir ses hommes pour mener à bien sa mission (rappelez-vous les 12 salopards, les 7 mercenaires, etc...) et s'il fait un mauvais choix il ne doit s'en prendre qu'à lui-même et non à qui il a fait appel.

En tous cas les motivations de choix et la règle de Sarko l''Américain dit "LaFaillite" étaient évidentes dès l'annonce de son gouvernement : aucun des membres du gouvernement, de L'Élysée ou de l'UMP ne doit être capable de lui faire de l'ombre. Or compétence et effacement sont incompatible. Incompétence et culot d'acier, oui.

C'est ça l'essentiel...Le reste il s'en moque, il n'y a qu'à voir la symbolique de l'invraisemblable message reçu du Maroc : il est plus important que le reste du dossier, il figure au dessus des affaires de l'État! En bonne place sous ses bras du Président de la République Française !


"L'ELYSEE CERNE PAR LES "CONS"

"J'ai beaucoup de nuls et de cons au gouvernement". C'est une phrase que Sarkozy sert régulièrement à ses interlocuteurs. C'est aussi une façon de faire régner la terreur chez les ministres afin qu'ils bougent leurs fesses et bousculent leurs collaborateurs.

La dernière fois, que le chef de l'Etat a évoqué ces "nuls" et ces "cons" (qu'il a lui même nommés), c'était le 13 septembre, à l'Elysée, devant François Bayrou. Et il a précisé : "Je vais virer un paquet de ministres en janvier. Si tu veux nous rejoindre, tu es le bienvenu."

Le candidat malheureux à la présidentielle a décliné l'offre.

Il ne voulait pas avoir la chance un jour d'être traité par le chef de l'Etat de "nul" et de "con".

Source : Canard enchaîné du 26/09/07 page 2.

Commenter cet article