JEAN-PIERRE PERNAUT SERAIT-IL ANTI-GREVISTE ?

Publié le

Ce week-end, le journal Le Monde indiquait que Jean-Pierre Pernaut était devenu la "tête de turc des grévistes".

Le présentateur du journal de 13 heures de TF1 n'a pas apprécié. "Dans la manifestation, on a vu son effigie sur une petite pancarte, accompagnée d'un discours moqueur et de son nom volontairement orthographié "Pernod", comme la marque de pastis. " C'est ce qu'a écrit la journaliste Raphaëlle Bacqué ce week-end dans le Monde. Elle explique que, étudiants comme cheminots n'ont pas aimé entendre à maintes reprises dans la bouche du journaliste que, par leurs mouvements, ils "prenaient la France en otage".

"Mais on lui reproche aussi, plus encore que la hiérarchie des reportages dans son journal, ses mots et même ses mimiques pour présenter l'opposition à la réforme des régimes spéciaux.", poursuit-elle 
en détaillant les lancements douteux de Pernaut.

Des apartés qui tranchent avec le ton général des journaux télévisés.

Comme ici, le 12 novembre, où il introduit un reportage sur les grèves de 1995, en rappelant que les grévistes d'aujourd'hui "protestent contre la réforme des régimes spéciaux qui était dans le programme de Nicolas Sarkozy et c'est pour cela qu'il a été élu".



Des lancements qui n'échappent pas non plus aux Guignols de l'info. Ces dernières jours, la marionnette de Pernaut est intervenue plusieurs fois pendant le journal en latex de Canal+.




Hier matin, sur Europe 1, Jean-Pierre Pernault s'est énervé contre cette image anti-gréviste façonnée par le "mauvais humour des Guignols". Il se défend en disant que, dire que la grève est la galère pour les usagers, est une information. Selon lui, "si l'on se concentre sur TF1, c'est parce qu'il s'agit du meilleur journal, qui atteint la meilleure audience ! (...) On a mieux fait notre travail que les autres, c'est pour ça que ça énerve !".

Voici sa déclaration en intégralité :



Commenter cet article

Lhuna/Angelique 03/12/2007 05:31

Si Pernaut faisait un journal "d'information" ça se saurait !