Entre morosité et méthode Coué à l’UMP

Publié le

Image Hosted by ImageShack.us

Les années se suivent et les ambiances ne se ressemblent pas. Il y a un peu moins d’un an, l’euphorie régnait à l’UMP pour les soirées électorales. Dimanche soir, rue de la Boétie à Paris, au siège du parti de la majorité, l’ambiance était plutôt morose, même si déjà beaucoup se réjouissaient d’avoir évité la raclée annoncée. En fin de soirée, la douzaine de journalistes qui attendaient dans la salle réservée pour ce premier tour, n’avaient pas un élu ou une figure de l’UMP à se mettre sous le stylo.

Mise au point à Matignon

Pendant ce temps, une partie de l’état-major de l’UMP se trouvait à Matignon pour une réunion de mise au point. Dans une ambiance pas si catastrophique selon un des participants: «Franchement, ce n’est pas aussi grave qu’on nous l’annonçait. Nous avons décidé d’axer nos discours de ce soir sur les enjeux locaux du scrutin pour mobiliser les six millions d’électeurs qui se sont abstenus par rapport à l’élection présidentielle de l’an dernier. Nous voulons avoir un discours offensif pour faire voter la majorité silencieuse

Vers 19h30, Frédéric Lefebvre, député des Hauts-de-Seine et ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, et Alain Marleix, chargé des élections à l’UMP, arrivent au siège du parti. «C’est contrasté», note simplement Frédéric Lefebvre, avant de faire le point sur les derniers résultats. Juste avant 20h, c’est Yves Jégo qui rapplique à son tour, l’air serein, le Blackberry à la main. Il vient d’être réélu au premier tour. Lui et Alain Marleix prennent le temps de répondre aux premières questions des journalistes. Tous les deux ont bien rôdé leur discours et ils ressortent les arguments fourbis à Matignon un peu plus tôt: «Il y a un second tour, il faut attendre les résultats définitifs, il faut mobiliser nos électeurs qui ne se sont pas déplacés au premier tour, les Français ont voté sur des enjeux locaux et non nationaux…»

Au même moment, sur les télévisions installées dans la salle, les ténors de l’UMP, comme un écho, martèlent les mêmes phrases. Comme pour se persuader qu’ils ont un bon coup à jouer à la gauche au second tour.

Image Hosted by ImageShack.us

Commenter cet article

réré 10/03/2008 07:23

c'est vrai même dicours rodé. Parodie de démocratie.