Boycotter ou non l'ouverture des JO ?

Publié le

Gordon Brown et Angela Merkel ne seront pas à Pékin le 8 août, mais ils n'avaient pas prévu d'y aller... George Bush ira parce que, lui, il parlera des droits humains.

Le parterre des personnalités présentes à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques à Pékin, le 8 août, se dégarnit petit à petit. Mais, surtout, n'y voyez pas l'effet d'un boycott organisé en raison des violations des droits de l'homme en Chine. Ces hauts dirigeants n'avaient évidemment pas prévu - du moins, c'est ce que leur service de communication s'empresse de préciser - de faire le voyage de Pékin au milieu des vacances... Hypocrisie, vous avez dit hypocrisie ?

"Il n'a jamais été question qu'il aille à la cérémonie d'ouverture"; il n'y a "aucun changement de position", a commenté mercredi soir le 10 Downing street en annonçant que le Premier ministre Gordon Brown n'assisterait pas au lancement des festivités olympiques le 8 août. Bizarre : lors de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, le 29 mars à Brdo en Slovénie, les observateurs notaient que, contrairement à d'autres chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-sept, "Gordon Brown avait, lui, refusé d'envisager de ne pas assister" à la cérémonie d'ouverture des Jeux... Déjà, à l'époque, le Premier ministre polonais Donald Tusk, les présidents tchèque et estonien Vaclav Klaus et Toomas Hendrik Ilves avaient annoncé qu'ils ne seraient pas de la partie. Mais Gordon Brown a promis : il sera bien à la cérémonie de clôture, le 24 août; et pour cause, en tant qu'hôte des Jeux de 2012, à Londres, il est tenu d'être présent pour recevoir une flamme olympique que les dirigeants se réjouiront sans doute de lui confier.

En Allemagne, la question est réglée. Ni le président Horst Köhler, ni la chancelière Angela Merkel, ni le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, ni même peut-être le ministre des Sports ne seront présents dans le grand stade de Pékin, le 8 août. A Berlin, on se contente d'indiquer qu'il n'était de toute façon pas prévu que la chancelière Angela Merkel se déplace. Il est vrai qu'en l'occurrence, celle qui a reçu très ostensiblement le Dalaï Lama en septembre 2007 peut difficilement être accusée de complaisance à l'égard du régime chinois.

En France, Nicolas Sarkozy, après avoir été le premier à lancer le débat sur un possible boycott de la cérémonie d'ouverture, a décidé de prendre le temps de la réflexion. C'est donc officiellement en fonction de la reprise du dialogue entre Pékin et le Dalaï Lama que le chef de l'Etat français se prononcera.

Aux Etats-Unis, à entendre George W. Bush aujourd'hui, le débat est clos. Le Président assistera aux festivités aoûtiennes. "Pour commencer, je vais aux Jeux [...] Je n'ai pas changé de projet", a-t-il affirmé dans un entretien enregistré mardi par la télévision catholique EWTN qui doit le diffuser ce vendredi. "Et si je le fais, c'est parce que je peux lui parler (au président chinois Hu Jintao) de liberté religieuse avant les Jeux, pendant les Jeux et après les Jeux, et c'est ce que j'ai fait." Pourtant, ce ne sont pas les appels à boycotter la cérémonie qui manquent. Après Hillary Clinton, c'est Barack Obama, l'autre candidat démocrate à la présidence, qui a exhorté jeudi le Président à ne pas faire le voyage de Pékin.

Même John McCain, leur rival républicain, a lancé le même appel, tout en affirmant que, président, il boycotterait la cérémonie. C'est dire si George Bush joue cavalier seul. Mais il n'a plus d'électeurs, sensibles aussi au rôle de la Chine dans la crise du Darfour, à convaincre...

Commenter cet article

mich�le DEMAIN 14/04/2008 08:39

Bonjour, la cérémonie des J.O, un vaste sujet, le problème, c' est que tout le monde fait un amalgame de sujets, sans discernement, moi, j' ai pris moins de risques, c' est peut être lâche, je me suis contentée de vous donner à tous rendez vous en cuisine, après mes trois articles sur mon voyage au Sénégal
Amitiés, bonne journée