Pierre Desproges est toujours vivant !

Publié le

Le 18 avril 1988 disparaissait Pierre Desproges. Vingt ans après, son humour anti-conformiste est devenu culte et reste plus que jamais une référence pour les jeunes humoristes.

Il ne s'imposait aucune limite. "On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde", disait-il. Dans la presse, il début comme chroniqueur. D'abord à Paris Turf puis à L'Aurore à la rubrique des Chats écrasés. Son acidité est vite remarquée et il se fait embauchr par Jacques Martin pour le Petit Rapporteur. Ils signent des reportages hilarants. Souvenez-vous de cette bataille de boudin blanc avec Daniel Prévost.


Desproges - Prevost - Le Boudin Blanc
envoyé par mozinor

Il rejoint ensuite France Inter, où il a travaillé entre 1978 et 1986. Parmi ses émissions les plus marquantes, le Tribunal des flagrants délires. En tant que procureur, il ne se fait pas prier pour "charger" les invités de la quotidienne. Parmi ses plus grosses prises, Jean-Marie le Pen. Face au leader du Front National, Desproges écrit un texte exemplaire.



Desproges Réquisitoire - Jean-Marie Le Pen
envoyé par ClockworkBlack

En 1986, il fait tous les jours une chronique de la haine ordinaire. Il est capable de pousser des coups de gueule et soutenir des valeurs qui ne sont pas les siennes. Comme ici, avec les bonnes manières.


Desproges - Présentations
envoyé par mereduchesne

Par deux fois, il s'est essayé au one-man-show. Dans le même sketch, il est capable de défendre une chose et son contraire avec une ostensible provocation. Comme celui-ci intitulé "On me dit que des juifs se sont glissés dans la salle". Nous vous proposons de revoir cet extrait en rappelant que c'est un sketch, à écouter avec du recul.


Commenter cet article