Le virus antipiratage

Publié le

« Cher utilisateur ! Votre récente activité sur Internet a été repérée sur les sites suivants : Btjunkie, SumoTorrent, isoHunt, Btscene, Mininova, Fenopy, Monova, Yotoshi, GetInvites et Btmon. Nous avons mis en pièce jointe le constat des films, musiques et logiciels que vous avez téléchargés ou cherchés sur ces pages web. Nous vous recommandons fortement d’arrêter dans le futur toute activité de téléchargement de contenus illégaux, sinon vous pouvez vous attendre à une poursuite (...) ». Le mail est signé MediaDefender, une société américaine spécialisée dans la lutte contre le piratage des médias protégés par copyright.

En apparence, cela ressemble à un courrier adressé par un société représentative d’ayants droit à un internaute qu’elle présume coupable de téléchargement illégal. Un message d’alerte comme celui que de nombreux internautes américains ou anglais ont déjà reçu, et que le gouvernement français prévoit d’envoyer dans le cadre du système de riposte graduée. Mais en fait non. Il s’agit d’un spam. La pièce jointe citée est infectée par un virus.

Une nouvelle fois, les spammeurs font preuve d’imagination et de réactivité en utilisant des thèmes et des usages d’actualité, en l’occurrence l’utilisation de BitTorrent et l’envoi de messages d’avertissement aux internautes présumés coupables de piratage. Des millions de mails de ce type auraient déjà été envoyés, principalement aux utilisateurs de BitTorrent, rapporte TorrentFreak. Si ce n’est pas la première fois que BitTorrent est la cible de malwares ou spywares, l’utilisation du spam à grande échelle est nouvelle. Le site fait référence à un mail assez semblable qui, cette fois sous l’identité d’un fournisseur d’accès Internet, accuse le destinataire du message d’activités illégales et menace de couper sa connexion. De même, le report des activités est à consulter dans une pièce jointe.

Nos confrères de TorrentFreak font remarquer que le message comporte quelques erreurs/approximations facilement détectables par les internautes les plus avertis. Par exemple, MediaDefender n’a jamais participé à ce genre d’action, et la liste omet de citer The Pirate Bay alors qu’elle mentionne Getinvites qui est un service d’invitation à des trackers privés, et non un moteur de recherche de trackers. Reste que face à une accusation ou la menace de se voir couper Internet, de nombreux internautes doivent prendre le mail au sérieux et finalement cliquer sur la pièce jointe. En imaginant que la riposte graduée soit adoptée, en plus des « 5 et 10 000 envois d’emails par jour » (dixit Pascal Nègre) envoyés aux internautes français, on peut s’attendre à une traduction en français de ce type de spam. Une double réjouissance....

Astrid Girardeau

Commenter cet article

charlotte 10/09/2008 11:54

Merci LV pour cette info.