De la baisse des impôts selon Nicolas Sarkozy

Publié le par LV

Dans Le Monde du 23 janvier 2007, Nicolas Sarkozy précise ses ambitions fiscales pour la France. Son raisonnement est le suivant : en baissant l'impôt sur le revenu, on rend du pouvoir d'achat aux français, lesquels vont consommer d'avantage, ce qui aura pour effet d'augmenter les recettes de l'Etat via la TVA.

Un petit décryptage s'impose :

Rappelons d'abord que l'impôt sur le revenu est un impôt progressif et redistributif, l'impôt solidaire par excellence : plus vos revenus sont importants, plus vous payez plus, et plus donc vous contribuez plus à la solidarité nationale. Dit autrement, une partie de ce que vous gagnez est redistribué à l'ensemble des français via le financement des services publics de la santé, de l'enseignement, de la police, de la justice, etc...
Illustrons ce mécanisme avec un exemple simple (et des chiffres volontairement simplifiés) : supposons que chaque français reçoive de l'Etat 1000 € par an via l'accès au services publics (scolarité des enfants, accès à l'hopital, sécurité...). Via l'impôt sur le revenu et son assiette progressive, un français (appelons-le Jean) qui gagne 1000 € par mois paiera 500 € d'impôt sur le revenu par an ; un autre (disons Béatrice) qui gagne 2000 € mensuel paiera 1500 € d'impôt annuel (elle gagne le double de Jean mais contribue au triple à la solidarité nationale, et c'est là tout l'intérêt de la progressivité de l'impôt : la redistribution solidaire des ressources) ; et enfin, Nicolas qui gagne 4000 € chaque mois paie quant à lui 5000 € par an en impôt sur le revenu (même chose donc...). Ainsi, et en net (c'est-à-dire compte tenu que chacun reçoit en retour 1000 € via les services publics), Jean reçoit de l'Etat 500 €, tandis que Béatrice contribue au fonctionnement de l'Etat pour 500 € et Jean pour 4000 € - mais il reste que Jean a un revenu net d'impôt de 11 500 € (contre 12 000 avant redistribution), tandis que celui de Béatrice est de 22 500 € (contre 24 000 avant redistribution) et celui de Nicolas de 43 000 € (contre 48 000 avant redistribution) ; chacun d'entre eux ayant par ailleurs un accès égal aux services publics de l'Etat (du moins en théorie...).

Disons maintenant que la population française est répartie de la manière suivante : pour 20 français qui gagnent 1000 € par mois (et sont donc dans le cas de Jean), 4 gagnent 2000 € (comme Béatrice) et 2 gagnent 4000 € (comme (Nicolas). On remarquera que dans cet exemple très simplifié l'Etat a des dépenses strictement équivalentes à ses recettes. Faisons alors comme le préconise Mr Sarkozy et baissons l'impôt sur le revenu de tout ce petit monde (c'est d'ailleurs peu ou prou la politique menée par les gouvernements Raffarin-Sarkozy-Villepin depuis cinq ans). Rendons donc à chacun 10% de ce qu'il paie en impôt sur le revenu : Jean récupère 50 € de pouvoir d'achat, à comparer à son revenu annuel net qui était de 11 500 € (donc une augmentation de moins de 0,5 % de son pouvoir d'achat) ; Béatrice de son côté récupère 150 € (soit un gain de 0,7% sur son pouvoir d'achat) ; quant à Nicolas, il gagne dans l'opération 500 € : +1,15% de pouvoir d'achat en sus - et en valeur, dix fois plus que Jean, lequel gagne pourtant quatre fois moins...

Mais regardons maintenant cette "opération Sarkozy" d'un autre point de vue : selon ses propres termes, 2600 € sont ainsi "rendus aux français" en pouvoir d'achat. Sur ces 2600 €, 1000 € vont aux deux français qui gagnent 4000 € par mois, 600 € vont aux quatre français qui gagnent 2000 € par mois et encore 1000 € sont répartis entre les vingt français qui eux gagnent seulement 1000 € par mois. Dit autrement, le cadeau fiscal de Mr Sarkozy profite autant à 10% des français les plus riches qu'à 75% des français les plus pauvres. On peut sans doute avoir une autre conception de la justice fiscale
On aura par ailleurs remarqué que cet exemple a mis de côté tous les français qui en réalité gagnent suffisamment peu pour ne pas payer l'impôt sur le revenu et qui de fait ne profiteraient pas du tout du "cadeau" de Mr Sarkozy. De même qu'on n'a pas ici évoqué le cas des très riches...

Le problème est maintenant que notre Etat dont les dépenses étaient équilibrées se retrouve avec 2600 € de moins dans ses caisses. Mais Mr Sarkozy nous dit qu'il a la solution : ce pouvoir d'achat qu'il redistribue de cette manière socialement douteuse ira à la consommation, donc rapportera à l'Etat en TVA. Remarquons d'abord que l'hypothèse est pour le moins très discutable : dès lors que ce pouvoir d'achat est distribué pour moitié sur des catégories sociales suffisamment aisées pour avoir déjà eu la possibilité de constituer une épargne, et qui donc a les moyens de consommer à hauteur non seulement de ses besoins, mais également de beaucoup de ses désirs, on peut facilement comprendre qu'une bonne partie de ce pouvoir d'achat supplémentaire viendrait en réalité tout simplement grossir une épargne déjà constituée. Mais admettons, admettons que tout ce pouvoir d'achat soit consommé et rapporte à l'Etat 19,6% de TVA. Ce serait alors seulement tout juste 20% de la somme investie qui serait récupéré par l'Etat. Le compte n'y est pas du tout Mr Sarkozy, et il faudra donc également diminuer les dépenses (dépenses pour l'école, pour la santé, pour la justice, pour la sécurité...). Et ainsi, ce ne sont plus 1000 € qui seront redistribués à chaque français via leurs services publics, mais 920 €, soit une perte de 80 € pour chacun !

Faisons donc les comptes :
- Jean gagne 50 € annuel sur sa feuille d'impôt, qu'il consomme et sur lesquels donc il paye 20% en TVA, soit 10 €, et soit donc un gain net annuel de 40 €. Par ailleurs il ne reçoit plus de l'état que 920 €. Au total, Jean est perdant de 40 € ;
- Béatrice gagne 150 € annuel sur sa feuille d'impôt, moins 30 € reversé en TVA, soit un gain net annuel de 120 €. Et au total (en tenant compte des sommes que l'Etat ne peut plus lui redistribuer), un gain réel de seulement 40 € ;
- Nicolas, pour sa part, gagne 500 € d'impôt sur le revenu, reverse 100 € en TVA (à moins bien sûr qu'il ne choisisse d'épargner, mais bon...), et fait donc un gain net annuel de 400 €, lesquels lui permettront facilement de financer les 80 € que l'Etat ne consacre plus à sa santé ni à sa sécurité, et il lui reste même plus de 300 € pour payer un soutien scolaire privé à ses enfants (l'enseignement public étant défaillant faute de moyens suffisants), ou un accouchement dans une clinique privée pour sa femme (l'hôpital public n'ayant plus les moyens de fonctionner efficacement), à moins plutôt qu'il ne choisisse de les placer dans une caisse de retraite privée...

Mais on a oublié dans cette démonstration de préciser que la TVA est un impôt proportionnel, donc totalement non progressif et non distributif, contrairement à l'impôt sur le revenu, et voilà donc une injustice sociale supplémentaire que de vouloir rendre d'un côté de l'impôt sur le revenu et prélever de l'autre par la TVA. Mais on se souvient que c'est une pratique habituelle des amis de Mr Sarkozy, lesquels il n'y a pas si longtemps, lorsque Mr Juppé était premier ministre, avaient fait passer la TVA de 18,6% à 20,6% tout en prétendant baisser l'impôt sur le revenu. De même que nous savons déjà d'expérience que la baisse de l'impôt sur le revenu est accompagnée de la régionalisation de nombreuses dépenses, lesquelles sont alors financées via les impôts locaux - bien moins redistributifs eux-aussi... Au final, les impôts auront augmenté, et auront d'autant plus augmenté que vous êtes moins riches.

En conclusion, il faut évidemment remercier Mr Sarkozy de remettre au coeur du débat politique ces évidences qui font que prétendre que droite et gauche seraient des notions dépassées est une vaste duperie. Il y a pour les français un véritable choix à faire - et il ne s'agit pas seulement de la fiscalité. Espérons que le débat - et l'information sur le débat - sera à la hauteur des enjeux qui président à ce choix. Faute de second tour, ce ne fut pas le cas en 2002. Il est aujourd'hui plus que temps que le débat ait lieu au grand jour, tout masque baissé et toute langue de bois rentrée. Ce petit texte a l'ambition d'y contribuer un peu.

Commenter cet article