Nicolas Sarkozy maintient l'dentité nationale de son ministère

Publié le par LV

Nicolas Sarkozy a défendu, hier jeudi 15 mars, à Saint-Herblain, près de Nantes, son projet controversé d'un nouveau ministère de l'immigration et de l'identité nationale, sans rien céder sur le fond. "Je ne supporte plus l'idée que le simple fait de parler d'immigration soit associé aux extrêmes, au racisme", a lancé le candidat de l'UMP à l'Elysée lors d'un meeting. "Depuis 1983, nous avons l'extrême droite la plus forte d'Europe et il faudrait faire comme si cela n'existe pas. Or, moi, je veux parler à ceux qui sont partis vers l'extrême droite parce qu'ils souffrent", a-t-il ajouté, en affirmant vouloir incarner "l'ordre républicain et le mouvement vers la justice".

Selon le journaliste de France-Inter, Jean-François Achilli, qui le raconte sur son blog, Nicolas Sarkozy avait pourtant décidé de changer le nom de ce ministère. "Nicolas Sarkozy était parti pour faire machine arrière, adoucir son propos", explique le journaliste, qui précise que le candidat voulait faire taire les critiques au sein de l'UMP, notamment de la part de centristes du parti. "Le futur portefeuille devait se transformer en 'ministère de l'immigration et de l'identité républicaine'. Mais dans l'après-midi, un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI rapportait que 55 % des Français seraient favorables à un ministère de l'immigration et de l'identité nationale. "Ainsi rassuré, Nicolas Sarkozy a finalement décidé de ne rien changer, reprochant à la gauche de lui faire un mauvais procès", explique Jean-François Achilli.

Ce sondage affirme également que 43 % des Français sont opposés à la création d'un tel ministère. Contrairement aux autres instituts de sondage, qui réalisent leurs enquêtes d'opinion par téléphone ou à domicile, celui d'OpinionWay a été réalisé par Internet, mais également selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle. Selon ce sondage, 88 % des sympathisants du Front national et 82 % de ceux de l'UMP soutiennent ces propositions. Alors que 73 % des sympathisants du PS rejettent cette idée.

Commenter cet article

Ash 16/03/2007 19:38

Grace à Sarkozy soi-même, nous avons la preuve qu’il n’est point besoin d’un tel ministère, pour qu’un fils d’immigré, en adhérant aux valeurs "bas-fonds" d’une certaine identité, puisse largement dépasser sur leur droite, bon nombre de franchouillards. Et vu les relents nauséabonds que prend la campagne de Sarko, il serait temps d’arriver aux élections afin de renvoyer ce démagogue à ses études.

Louis 16/03/2007 19:35

et un charter pour sarko! qu'il nous debarrasse le plancher de ses idees xenophobes

bartitude 16/03/2007 19:26

Si, un jour, dans un sondage, une majorité des français se déclare en faveur de charters pour tous les gens de couleur ne parlant pas bien français, Sarkozy le fera-t-il ? Décidément, cet homme est très dangereux par ses encouragements à faire ressortir du peuple français les instincts les plus vils ! Qu'en pense Besson, n'a-t-il pas peur pour ses enfants avec Nicolas Sarkozy ?

itou 16/03/2007 19:21

Changer complétement une orientation à quelques heures d'un discours, tout çà parce qu'un sondage vient de tomber, c'est d'un glorieux! Digne d'un Homme d'Etat! Et après çà on parlera d'une vision à long terme pour la France, on moquera l'immobilisme d'un candidat, on fustigera le manque de programme d'un autre, etc ... Lamentable pantalonnade d'un type au bord de la crise de nerfs. N'oublions pas que ce monsieur pourrait avoir, si on n'y prend garde, le bouton rouge à portée de la main.

Robert44 16/03/2007 19:19

Sarkozy, peu suspect d'élégance, cherche à faire revenir les électeurs frontistes en flattant leurs plus bas instincts au lieu de vouloir travailler sur le fond. Rien de plus à dire, sinon à espérer que les électeurs préféront un ordre juste plutôt que cette tactique minable.