Canicule : le cri d'alarme de la « doyenne de l'Internet »

Publié le

Chimulus sur le témoignage d'une retraitée.

Je vous écris depuis ma maison de retraite, à 98 ans, sous une canicule de 37°C et sans climatisation. J'implore votre aide pour relayer ce message de révolte quant à la façon dont les personnes âgées sont traitées dans les maisons de retraite.

Je me considère être la doyenne de l'Internet. J'ai en effet trois sites Internet (dont Sept continents et Cap Horn) et écris encore des e-mails, je surfe avec mon Mac depuis ma petite chambre à l'EHPAD, maison de retraite de Grenoble-Vigny-Musset (Isère).

Ceci m'amène à être beaucoup plus ouverte sur le monde que les autres pensionnaires, qui en sont littéralement coupés.

Je suis scandalisée par la façon dont l'Etat français traite les personnes âgées dans les maisons de retraite : comment peut-on nous laisser dans nos chambres sous cette canicule ?

Un ventilateur pour trente pensionnaires

Je vous avoue comprendre que nous, personnes âgées, ne soyons plus utiles à la société et coûtons de l'argent à l'Etat alors qu'il pourrait être utilisé à autre chose. Cependant, nous sommes dans une société civilisée, la France, comment en est-on arrivé là ?

Je suis d'autant plus révoltée que :

  • Cet établissement a ouvert en 2009, il est le plus moderne de toute l'Isère et c'est pour cela que j'y suis allée.

    Etant ingénieur ECP de profession -première diplômée femme de l'Ecole centrale en 1937 ! -, je ne comprends comment nous puissions encore construire des établissements comme celui-là, à Grenoble, sans climatisation. N'avons-nous pas tiré les leçons de la canicule de 2003 ?

  • Dans la salle de restaurant, ils nous ont installé samedi un -oui, je dis bien un- ventilateur pour trente personnes.

  • Dans nos chambres, c'est le plein cagnard. Ce chauffage au sol est bien évidemment innovant, mais où est la climatisation ?

  • Nous avons apparemment une pièce climatisée dans l'établissement, pour 80 pensionnaires. Imaginez le frigo avec 80 personnes croulantes sous la chaleur et la vieillesse ?

  • La société française cotise un jour par an [le lundi de la Pentecôte, ndlr] pour payer l'amélioration des conditions de traitement des personnes âgées. Où va l'argent ?

  • On nous dit, aujourd'hui, qu'ils « pensent » à mettre un système ingénieux de rabaissement de la température de 5°C. Comment cette idée n'a pas pu arriver avant la construction ? C'est impensable, inimaginable, incompréhensible, inhumain.

Je vous passe mes problèmes pour avoir un médecin, un kiné, etc. J'ai heureusement la chance d'avoir deux personnes, des amis, qui m'aident à gérer tout cela et qui m'ont apporté un ventilateur. Imaginez ces autres personnes âgées, au nom desquelles je parle, sans famille, sans aide ? Comment font-elles ?

J'ai également écrit au préfet de l'Isère, sans réponse

J'ai également écrit au préfet de l'Isere, mais aucune réponse. En attendant, la canicule continue et cela libèrera surement des lits dans l'établissement.

Peut-être que 2010 sera ma dernière année, avant mes 100 ans.

Je tenais à vous relater ces problèmes avant que ça n'arrive, en espérant que vous ferez remonter ces informations.

 Nous avons contacté Mireille Caunesil, qui nous a précisé que cette lettre avait été rédigée avec l'aide d'un jeune homme, Julien. Il l'a initiée à Internet et elle l'aide en retour à financer ses études. C'est lui qui nous a adressé cet appel par e-mail.


Illustration : dessin de Chimulus.

http://www.rue89.com/2010/07/04/canicule-le-cri-dalarme-de-la-doyenne-de-linternet-157471


Commenter cet article

Princesse Amina 07/07/2010 10:57


Sâlam, c'est bizarre je croyais la leçon comprise sur l'ensemble de l'aménagement des maisons de retraite... Chez moi tout est correct... Il y règne une bonne douceur le long de l'année... Les
chambres sont bien ventilées par de l'air frais... on est dant le cht'nord... C'est vrai aussi que l'établissement est géré par la municipalité ( de gauche ), et je veille à ce que la loi soit
respectée en matière de confort et nourriture pour tous les pensionnaires.